Svetla Velikova
Portfolio

Je fais une approche figurative du corps humain qui reflète l’expression d’une réalité profonde et personnelle. Au-delà de la nudité physique, je m’intéresse à la nudité de l’être, à une mise en lumière de la profondeur de l’être.  Je voudrais exprimer son essence et non refléter l’image dans son apparence externe et immédiate.

Le corps nu dans l’art est relié par analogie à toutes les structures qui font partie de l’expérience de notre imagination.  À travers le désir de les exprimer visuellement comme partie de soi-même, nous nous rapprochons de notre auto-identification.  À travers l’existence de nos propres corps, nous apprenons la présence d’un ordre universel absolu.  Au-delà de son potentiel comme symbole des origines et du désir d’immortalité, le corps nu nous rappelle le caractère fragile et transitoire de la vie physique. Cette expression traduit les lois d’un ordre symbolique de l’espace; le thème du passage étant omniprésent dans mon travail. 

À travers la forme, son mouvement, son expression, j’interroge cette matière spirituelle qui est l’ÊTRE.  Les courbes des corps et les gammes de couleurs monochromes s’unissent dans une invitation à l’introspection du sujet.  Besoin de s’envoler, de sortir, … d’où? De soi-même peut-être. Fuir d’un espace, fuir dans le temps, c’est aussi évoluer au travers de ma peinture, essayer d’en transformer le cadre de sa matérialité. Le cercle est la spirale, le retour est la continuité, la nature humaine continue de se retrouver dans l’intemporalité de son passé, présent et avenir.

J’utilise des techniques anciennes que j’adapte à mon travail. Je maîtrise ces techniques qui font partie de mes racines culturelles et restent indissociables à ma pratique artistique. J’exploite des textures avec l’aspect de l’âge et de l’abîme du temps faisant référence à la temporalité.

Pigments en poudre, sable, chaux sont les matériaux qui composent mon œuvre. Se servir de matériaux qui proviennent de la terre pour mettre au monde une forme qui, à notre propre image, veut être. C’est un mouvement qui va de ce qui est infiniment clair vers ce qui est inconnu. 

J’aimerais créer un espace sans frontière temporelle pour questionner, dans l’attitude des corps pris dans l’infini, l’énigme de la présence au monde.